Mons Chimay Mons 2010

Publié le par poincom

Voici que se profile le MCM 2010 qui aura lieu le Samedi 1er Mai.

Pour les participants actifs de la grande classique cyclotouristes voici quelques photos de l'édition 2009

Enregistrement

 

 

 

 Enregistrement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MCM09 039

 

 

 Des passages difficiles à négocier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MCM09 069

 

 

Des paysages bien de chez nous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lys cyclo

 

 

 Après l'effort le réconfort !!!

ça m'étonne pas du Lys Cyclo ça !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MCM09 147

 

 A l'arrivée... la Récompense !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JP mly rosé

 

 

 

 

 

Et pour vous soutenir ... JPM !!!

Le rosé ne sera pas dans vos bidons messieurs !!!

 

Pendant que je conduirai, à jeun, je le précise, JPM vous passera les bidons de RED BOULLLLLLE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A vous de choisir votre parcours...

 

 

Le MONS-CHIMAY-MONS.

KILOMETRES 210 160 110 75 50 20 50 VTT 25 VTT
DENIVELLATION 2600 1750 1050          
PRIX des INSCRIPTIONS 4,50 - 6 4 - 5,50 3 - 4,50 2 - 3,50 1,50 - 3 GRATUIT 2,50 - 4 2 - 3,50
HORAIRE des INSCRIPTIONS 6h30- 7h30 7h00 - 9h00 7h30 - 13h00 7h30 - 13h00 7h30 - 13h00 10h00 7h30 - 11h00 7h30 - 11h00

 

 

Le lieu de départ


Complexe scolaire des Ursulines, boulevard Kennedy, 7000 Mons.
Autoroute E19, sortie 22 ou 24

 

 

Les prestations


Parking 1000 places / Douches / Nettoyage des vélos / Possibilité de bivouac / Photo souvenir.
Coupes et nouveau Challenge / Tombola gratuite
Accueil: café gratuit
Buvette / Petits déjeuners / Restauration au retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PETIT HOMMAGE A ANDRE TIGNON (Notre Prof d'histoire Géo à Jean XXIII de 1989 à 1991) 

Article extrait des Rameurs 2010

 André Tignon MCM

 

 

 

 

Les Rameurs 2010 .

 

____________________________________________________________________________________

 

DES « MONS CHIMAY MONS » ?

 

J’EN AI 35, DEPUIS 1973 !

 

L’honneur d’écrire dans les Rameurs N° 33 (j’ai conservé la collection

 

complète !) me revient suite à l’insistance du président Philippe Trauwaert.

 

Qu’on me pardonne donc.

 

Philippe m’interpelle ainsi :

 

« Faisant le nettoyage de ma boite-mail, je retombe sur le message du 4 mai où je te

 

félicitais pour ton 35e Mons-Chimay-Mons, roulé dans la discrétion.... Je t’y suggérais de

 

coucher par écrit quelques souvenirs de tes premières participations pour notre revue

 

annuelle "Les Rameurs".

 

Cela intéressera pas mal de monde.

 

Donc, ce 22 Octobre, je relance l'invitation… »

 

Alors ce 23 Octobre je m’exécute :

 

Oui, je l’avoue, ce 1er mai 2009 je me suis inscrit à mon 35e

 

Mons-Chimay-Mons, car j’ai commencé en 1973 sur le MCM 200 km Audax qui en était alors à sa 3e édition. Je n’en ai manqué qu’un, dans les années 1980, pour aller rouler chez nos compatriotes voisins sur le 200 km Audax Ledegem-Cassel-Ledegem. Première conclusion : cela fait 36 ans que je ne suis pas malade, le jour du travail.

 

Il faut de la chance … pour répondre autant de

 

fois à l’invitation des Dragons Audax Mons.

 

Les jeunes Dragons Audax de Mons seront heureux d’apprendre que leur club n’avait pas

 

craint d’affronter la concurrence. A l’époque, la grande attraction du 1er Mai c’était Namur-

 

Bouillon-Namur, toujours sur un 200 Km. Brevet auquel je n’ai participé qu’une fois ! La

 

chose n’a été possible que lorsque N-B-N, victime de l’érosion de participation, a préféré

 

abandonner la date du 1er Mai et se déplacer en juin. Ceci, avant de sombrer dans l’oubli

 

… comme la formule Audax.

 

Pour comprendre mon engouement, il faut savoir que dans ces années du « Boum

 

cyclotouriste » des années 1970 (merckxistes et sans voitures) la saison démarrait en

 

fanfare dans le Tournaisis. Immuablement, on enchaînait la Forêt de Raismes, Mouscron

 

Les Anvaing-Mouscron et Le Bois de la Houppe. La progression dans les difficultés conduisait à Mons-Chimay-Mons.

 

La difficulté avec courage

 

Dans leur grande sagesse (cela n’a pas changé !) les Audax Tournai imaginèrent de

 

proposer un 200 Km Randonneur, sur parcours calme en France, de manière à préparer

 

un MCM qui donnera l’idée des premiers brevets Cyclo-Côteurs belges. Comme on avait la

 

distance dans les jambes, la difficulté se surmontait avec le courage. Car les Audax,

 

montois et tournaisiens, n’ont jamais manqué de courage.

 

De cette époque date la sentence que je pense avoir suggérée : « Réussir Mons

 

Chimay Mons c’est réussir sa saison cyclo. »

 

Ce n’était pas un but en soi mais, dans le souci de progression d’alors, l’étape franchie

 

permettait d’aller plus loin et plus haut :

 

dans les brevets de distance ou dans les

 

randonnées cyclo-montagnardes françaises,

 

par exemple. Fort de mes MCM successifs,

 

j’ai fait tout cela, à plusieurs reprises.

 

Il me plaît de souligner que les Dragons

 

Audax Mons, qui tels le Dragon ne sont pas

 

encore morts, ont su évoluer avec le

 

cyclotourisme de leur temps.

 

 

 

  

 

 

Ainsi dans les années 70 c’était la caporalisation de la formule Audax qui avait l’avantage

 

de son confort. On allait à Chimay et revenait à Mons bien calés dans le peloton guidé. Les

 

difficultés n’étaient pas recherchées car on restait sur des routes secondaires directes.

 

N’empêche que c’est dans MCM que j’ai franchi pour la première fois le « Mur de Thuin ».

 

Un excentrique et un mesuré !

 

Puis vint l’époque de l’allure libre qui s’accompagna

 

de l’esprit « Cyclo-Côteur ». La distance était encore

 

unique sur MCM mais les difficultés se multipliaient.

 

C’était la grande époque Dessart qui était aussi

 

Dragon montois excentrique et excessif (mais si !)

 

que moi mesuré et pondéré (je le jure !) Audax

 

Tournaisien. A Tournai les Monts de Frasnes Cyclo-

 

Côteur de 130 km faisaient 130 km avec coefficient

 

13. A Mons, le 200 km MCM en fit … jusqu’à 225 km

 

et coefficient grandissant. C’était l’époque du Chalet

 

Courthéoux, de la côte de Mazé et même du (pied

 

du) Beffroi de Mons ! J’en passe !

 

 

C’était les prémices de vos célèbres « Ratonnades » devenues « Dragonnades », mieux

 

dites mais toutes aussi extravagantes selon nos bons esprits tournaisiens.

 

 

En sympathie avec les présidents successifs des Dragons Audax, j’ai longtemps été

 

complice de Michel Dessart qui donnait un esprit moderne au cyclotourisme. Jamais fâché,

 

j’ai fini par me lasser d’attendre le Grand Soir, comme d’autres je pense … N’empêche que

 

Michel a donné à MCM son élan. Et la formule « La Classique des Cyclotouristes », que j’ai

 

souvent reprise dans mes chroniques, est de lui.

 

Evoluer dans l’air du temps

 

La bonne évolution de MCM a accompagné l’air du temps en devenant Fête du Vélo dans

 

les années 90. Le choix des distances fit perdre au Cyclo Côteur de son aura mais permit

 

de relancer la fréquentation et donc la réputation de l’incontournable rendez-vous wallon

 

du 1er Mai.

 

Ce fut aussi l’époque, sur une bonne initiative de Michel Laloux perpétuée par Jacques

 

Demoulin, du bel accueil des Dragons Montois. Quittant la place de la gare, on s’est

 

retrouvé dans la cour des Ursulines. Ce fut d’autant plus classe que c’était confortable

 

(avec sanitaires) et qu’on avait tout le temps, dans la salle du restaurant, pour boire et

 

manger. Un luxe qui permet de retenir ceux pour qui Mons-Chimay-Mons c’est tout

 

bonnement 150 bornes, voire 100.

 

 

Pour que l’esprit MCM perdure alors que leurs Dragonnades semblent moins violentes, les

 

DAM, pas si drôles que cela, se sont ressaisis dans les années 2000. Le choix des

 

distances persiste évidemment de même que la qualité de l’accueil. Mais, heureusement,

 

le parcours du 200 km a retrouvé le bon kilométrage et les normes du Cyclo-Côteur. La

 

Botte du Hainaut a retrouvé sa réputation de montagnes russes.

 

M’est avis que …

 

Un Tournaisien n’a pas à se mêler des affaires montoises, mais j’ai eu l’occasion de

 

signaler que les postes de ravitaillement de Mons-Chimay-Mons laissaient beaucoup à

 

désirer. Alors que l’espace à Bersillies l’Abbaye est impeccable, l’installation du stand est

 

minable (pardon, mais je pèse le mot). Avec des bénévoles trop peu nombreux et

 

débordés malgré un ravitaillement riquiqui.

 

Le comble c’est quand il n’y a plus rien, au retour à Bersillies, pour ceux qui sont partis

 

sur la plus longue distance … au tarif plus élevé !

 

 

Pas digne d’une grande organisation de notre époque qui, comme la Grinta ! La Tournay

 

du Lotto Cycling Tour, se doit de prévoir l’abondance en même temps que le décorum et

 

la mobilisation générale. Faut venir voir cela, le 8 Mai 2010 à Tournai !

 

Ceci dit, je m’en voudrais de laisser croire que sur 35 participations j’aurais bouclé autant

 

de 200 (et quelques) bornes. Non, moi aussi j’ai évolué et me suis adonné à la fantaisie

 

du choix des distances. Si au début c’était question de motivation puis d’opportunité,

 

aujourd’hui je dispose d’un fameux prétexte pour limiter mes ébats chimaciens. Pour

 

souffler, je prends deux ou trois photos au kilomètre !

 

Viendra peut-être le temps où, pour percer enfin l’esprit des Dragons, ce sera deux ou

 

trois Chimay …

 

Des Rameurs à plume

 

J’en termine, tout à la fierté de côtoyer, dans « les Rameurs », des plumes aussi nouvelles

 

que celles de Monique De Ganck, Jean Dauchot, Philippe de Wispelaere, Bernard Frecourt,

 

Michael Vico, et les plumes aussi assidues que celles de Pierre Courcelle, Patrick Ruelle et

 

Roland Defrise.

 

Sans oublier les nouveaux (ou revenants ?) qui rejoindront les valeurs sûres comme

 

Philippe Trauwaert, Patrick Godard, Xavier Ansseau, Yves Pasleau, Patrick Honoré, Serge

 

D’Agostino, Jacky Lahaise et Michel Raulier, autres signataires dans le N°32. Je serai

 

heureux de retrouver un maximum de Dragons Audax dans le N° 33 de janvier 2010.

 

Puis le 1er Mai …

 

 

André Tignon

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article